fbpx

J’suis laitte.

Maudit mois de novembre à marde. Après tout ce temps à focusser sur le bon, il m’est quand même rentré dans tête. Y’aura fallu 2 tempêtes de neige, un essayage de robe de demoiselle d’honneur, une poussée de boutons pis des SPM pour me faire sentir comme de la merde. Voilà, en si peu de temps je m’étais retrouvé à moins me regarder dans le miroir, à me sentir comme une patate et à me trouver moche. Les photos de moi sur instagram se sont réduites à nulle, j’ai même dû me donner des coups de pied au cul pour m’habiller et sortir de la maison. Pour une première fois de ma vie, j’me suis mise à pleurer sur le divan, parce que je me trouvais vraiment différente de d’habitude. Et ce même si j’me fais le plaisir à être une des portes-paroles du #selflove et de la confiance féminine, à temps plein. Bin oui, je l’ai dis : j’me trouve laitte. 

Ça a commencé la semaine passée. La tempête de neige aura fait que j’ai manqué un entrainement. Pis un deuxième. Rendu au mardi d’après, question de reprendre ma routine, on a fait ma pesée et mes mesures. Choses que j’aime faire pour tracker mon progrès – sans en faire une obsession bien sûre. On en était à la deuxième fois, depuis août. Mes résultats m’ont crissé une bonne tape sur la gueule. Un de mes bras a réduit de 5 mm. Sinon, rien. Ah oui. J’ai pris 8 lbs. Pas 1, pas 2. HUIT. Suite à ça, mon entraineur s’est dépêché de me montrer les photos d’août et moi de constater que ma taille s’est affiné depuis. C’est donc un 8 livres de muscles qui s’est installé. L’affaire, c’est que quand tu pèses pas 100 livres, chaque petite livre est gossante. Que ce soit des muscles dus à la charge de 450 livres que je pousse avec mes jambes, ça m’embête quand même.

Même là dessus je me trouvais plus cute qu’en ce moment. 

Je suis généralement menstrué aux 3 mois. La pilule que je prends est conçue pour ça. C’est la meilleure chose que j’ai trouvé. Pas de mood swings, pas de débalancements hormonaux énormes ou de nausées. Une pensée pour mon ancienne pilule qui m’avait fait pleurer sur le vidéo Hello d’Adèle comme si on m’annonçait la mort d’un proche. Mettons que ça, ça allait pas. Ma petite pilule me va comme un gant, et ce depuis presque 3 ans. Je sais pas si la température a changé quelque chose, mais là, ça marche pas. À l’aube du début de ma dite semaine, j’ai le ventre enflée, ma face a également gonflée et j’ai eu la pire crise d’acné sur le menton que j’ai vu dans le dernier 10 ans. Pis là, ça été le bouttttte. J’suis habituée de ne pas me maquiller pour sortir de la maison. –  J’sais ben que y’a des cas d’acné intenses et sévères, que je devrais pas m’en faire avec ça, mais live je raconte comment moi je me sens – c’est pas une étude clinique pour Neutrogena merciiii – Je me suis sentie défigurée, gênée et même dégoutée de ma personne. Pas envie de me beurrer de fond de teint par dessus ça, question d’aggraver la chose, j’étais mal de sortir prendre un café tellement j’ai le menton en champs de fraises. Pis ça, c’est la chose qui m’énerve le plus. Que mon apparence physique pis ce que mon cerveau en pense, m’empêche de vivre ma vie normalement.

L’essayage des robes de demoiselle d’honneur pour le mariage de ma meilleure amie fut bien plaisant. Une belle sortie de filles, six d’entre nous. Évidemment , j’suis la plus grande de la troupe. La seule avec ma silhouette. Je me compte chanceuse, la robe sur laquelle j’avais jeté mon dévolu me va à ravir. Cependant, j’avais une petite sélection de robes, comparé aux autres filles, qui en avait le double. Et c’est ok. On doit être 5 filles pareilles, les modèles et matériaux ne sont pas abondants dans toutes les sélections de robes. Pour être honnête, j’ai quand même eu un petit « ouinnn » en constatant la chose. Le soir venu, quand j’ai regardé la photo, je nous trouvais toutes belles, mais j’ai remarqué ma face enflée, mes yeux qui avaient l’air plus renfoncés qu’à l’habitude, mon petit double menton qui était comme revenu du jour au lendemain, et c’est en montrant la photo à mon chum que j’ai éclaté en sanglot. C’est vraiment difficile de se regarder de même, quand t’es habituellement fière et que tu sais que tu as fais des progrès. Je vous le dis, ça m’est JAMAIS JAMAIS arrivé de m’apitoyer sur moi-même, de pleuré pour ça. L’accumulation de ma face maganée, les jeans trop serrées due à mes gonflements, ma face enflée et la pesée du gym…… OK BYE LE RATIONNEL DE MA PERSONNE

J’voulais vous partager ça, parce que j’suis certaine que je suis pas seule à me sentir comme une canne de thon sèche. J’aime pas avoir ces moments là, ça affecte l’entièreté de mon quotidien. Le temps que je passe à focusser là dessus au lieu de me concentrer sur du positif, le mood dans lequel ça me met, la culpabilité que je m’inflige pour le 2e verre de vin que j’prends. Quand je suis tout le contraire de ça. Yes, même moi, la fille aux selfies lichées, au compte instagram qui essaie de donner l’exemple, ça m’est arrivé de pleurer dans mon pyjama de Noël, en pensant que ça allait pas passer. Pleurer si vous en avez besoin, mais dites-vous que toute va être correct.

Décembre arrive samedi. Awaye esti. 




Précédent

Suivant

Loading cart ⌛️ ...

Pin It on Pinterest

Share This